Comparatif Ferrari 512 L Le Mans 1971 Spirit vs Slot-it

Les Ferrari 512M qui avaient couru au Mans en 1971 avaient été reproduites par la marque Spirit, qui a fini par disparaître… Elles sont globalement difficiles à trouver, mais certaines étaient pratiquement impossible à se procurer, notamment la Ferrari 512 M #12 qui avait terminé troisième de la course (j’ai réussi à en trouver une !) :

Spirit

…et la Ferrari 512 M #16, quatrième en course, qui n’étaient sortie qu’en édition limitée chez Spirit, aussitôt épuisée à l’époque, donc introuvable depuis des années…

Peu d’espoir d’en découvrir une une jour, donc il paraissait obligatoire de devoir acheter (bien chère) une rare 512 Spirit, pour la « bricoler » et réaliser la numéro #16. Pas très enthousiasmant.
Coup de théâtre ! Slot-it se met à sortir des Ferrari 512M… dont la rarissime #16 Le Mans 1971 !

Slot-it : Alleluia !!!! Un miracle !!!!

Comme la carrosserie proposée par Spirit à l’époque était très décriée, considérée comme « fausse » (ou, du moins, inexacte), voici un comparatif en images, entre la Spirit et la Slot-it :

Les vraies, pour comparer
Notez le petit aileron sur les ailes à l’avant…
Spirit #12 et Slot-it #16
Elles se ressemblent quand même beaucoup …
Evidemment, le châssis de la Slot-it est bien meilleur, mais le Spirit est correct aussi
Vue rapprochée des cockpits

De mon point de vue, la différence n’est pas flagrante (question carrosserie) entre les deux marques. Je suis surtout très heureux d’avoir la #16 sur mon étagère ! 😀

That’s all, folks!

Comparatif Ferrari 412 P Le Mans 1967 Policar vs Scalextric

La version Scalextric de la Ferrari 412P 1967 #23 était très difficile (et chère !) à trouver… J’avais fini par en acheter une sur eBay, mais elle n’avait pas de châssis… J’en avais trouvé un, séparément, mais pas avec le numéro 23. Bref, mon bricolage donnait ça :

Scalextric, châssis rapporté

Cela restait bien sûr à finir, d’autant qu’il lui manquait encore un guide :

Coup de chance, la marque Policar (qui renait de ses cendres) a eu l’heureuse idée de ressortir récemment la Ferrari 412 P Le Mans 1967 !

Policar

Comparatif en image des deux voitures :

La Scalex a les petits ailerons à l’avant, mais pas la calandre bleue. Et la Policar a la calendre peinte… mais pas les ailerons. Voici la voiture originale, en course :

D’autres images comparatives :

L’arrière de la Policar est plus sympa !
Vue sur les cockpits

La Policar n’est pas parfaite, mais c’est une belle voiture, qui roule bien en plus !
Je conserve tout de même la Scalextric, que je finirai peut-être un jour.

That’s all, folks! 😀

Harley Low Rider S rallonge risers guidon

Vous aurez peut-être trouvé curieux que mon guidon soit plus haut… même avant que je ne change la tête de fourche (fairing, cf. post précédent ci-dessous) :

Le guidon d’origine obligeait vraiment à rouler bras tendus, tirés vers l’avant – ce qui donne un look très « rock’n roll », mais pour les longs trajets, ce n’était pas super confortable.
J’ai donc voulu le rapprocher un peu, environ 5cm, grâce à des risers de 5,5″ Drag Specialties :

C’est parfait ! J’ai toujours les bras tendus, mais un peu moins, juste ce qu’il faut pour être plus confortable. Pas besoin de rallonger les câbles, cela passe (de justesse, mais ça va). Et avec le nouveau fairing, c’est assez sympa :

That’s all, folks! 🙂

Tête de fourche Harley Davidson Low Rider S

Cela faisait un moment que je louchais sur cette « tête de fourche » (« fairing », en amerloque)… mais beaucoup d’utilisateurs, sur les sites US, racontaient qu’elle était fragile, qu’elle se cassait avec les secousses de la route, etc. Donc, je m’étais abstenu…

Depuis, il semblerait qu’ils aient renforcé leur produit (ou au moins, ils l’ont dit : espérons que ce soit vrai !)… et comme cela faisait longtemps que mon Harley n’avait pas été bricolée, je me suis décidé à passer commande (malgré les délais de la période actuelle).

Je vais vous montrer la bête, mais déjà, un « coup de gueule » ! Ce « fairing » était vendu $375 il y a deux ans… Le voilà arrivé à $485 !!… Ils vont nous dire qu’Harley les fabrique en Ukraine ? Ou que les ouvriers ont le virus à la mode ? Bref… admettons.
En France, je me dis qu’ils vont nous le vendre 485 euros… plus les taxes… allez, ça ferait 582 euros, mais comme ils abusent toujours, disons 600 euros.
Effectivement, ma concession me l’annonce à… 650 euros !!… (ils ne s’embêtent pas, mais bon, c’est habituel chez Harley). Je passe donc commande.

A l’arrivée, outre que mon cher concessionnaire avait « oublié » de commander la visserie (qu’il a donc fallu attendre un mois de plus, alors que je lui avais bien rappelé d’y penser, au moment de la commande… pas grave… le niveau cérébral moyen de l’Humanité est en chute libre, on ne s’étonne plus et on supporte : zeeeen !!!)… Surprise : le prix est passé à : 750 euros !!!!
What???? :-/ Et ça, sans la visserie… Et à combien vous l’imaginez, la visserie ?

Trêve de suspens : suite au montage, passage à la caisse : « Cela fait 1069 euros, m’sieur ! »
HEIN?????? 69 euros l’heure de montage, ok… Mais ça met la visserie à 250 euros !!!!

Zeeeeeeeeen !!!!!!! Plus de 1000 euros un truc en plastique, très léger, vendu moitié moins aux USA. Normal. Tout va bien 😦

Tête de fourcher « Quarter » Harley Davidson Low Rider S

Bon, au moins, la moto est belle, pile comme je la voulais.
Mais… (parce qu’il y a un « mais »)… pour 1000 euros le bout de plastique… Devinez…

La tête de fourche est livrée sans l’arrière !!! Si si, ils ont osé !!! Il n’y a pas de cache à l’arrière du fairing, ce qui fait que l’on voit le phare à nu et les fils (cela va être sympa, ça, sous la pluie !!!).

Vous le croyez, ça ????

C’est juste inadmissible !!! On sait qu’Harley nous vend hors de prix des motos pas finies, mais à ce point, il faut le faire, quand même !!!… Heureusement que ces motos sont incroyables à rouler, uniques, et qu’on supporte tout (ou presque), mais là, c’est un peu fort !!!

Avec le cache de l’ancien tête de fourche…
Je fabrique un « patron » en carton…

Je commande donc une plaque de plastique de 20 x 30cm (2mm d’épaisseur), car je n’ai rien trouvé dans mon « bazar » qui puisse faire l’affaire… Je compte découper le passage de la fourche afin que le plastique se cale sous la barre de support de guidon (avec une découpe aussi pour les fils, juste au milieu de la plaque).
Et j’ai commandé aussi une lanière de caoutchouc de 10 x 30cm (2mm d’ép.) que je placerai devant, afin d’amortir les mouvements éventuels de ma plaque et la boulonner aux deux vis que l’on voit à l’avant de la tête de fourche.

Et voilà le travail !

Le patron en carton m’a servi à découper au mieux la plaque de PVC noire.
J’ai placé la lanière de caoutchouc à l’avant, sous la plaque (2cm sous la plaque + 2cm à remonter à l’avant) : collée, puis rivetée avec des rivets très souples qui servent pour les plaques d’immatriculation (il en existe des noirs, ça tombe bien), avec une rondelle à l’arrière, sinon le rivet ne s’écrase pas.

Puis, j’ai percé le caoutchouc afin de faire passer les deux écrous de la tête de fourche, avec deux écrous rallongés trouvés dans ma « boite à rabiot ». C’est parfait !

Vue du guidon, en roulant

Harley ne pourrait pas fournir cette plaque ? Pour le prix ??…
(Grrrrr !!!!!! Zeeeeeen !!!! Respiration du petit chien…………. !!!!)

Bref, ma moto est bien belle et c’est tout ce qui compte !
J’ai essayé, bien sûr, si ça bougeait ou vibrait « à vitesse d’autoroute » : c’est tout bon, rien ne bouge (j’ai mis aussi deux carrés de caoutchouc à droite et à gauche, là où la plaque appuie sur les fixations de la tête de fourche).

Parfaite !

Et si la tête de fourche se désagrège en route, je vous le raconterai ! 😀

That’s all, folks!

Comment régler votre machine à café DeLonghi Magnifica S ?

Vous avez craqué sur une machine qui broie le café, comment beaucoup d’autres personnes qui ont voulu passer le cap de la machine type Nespresso ou Dolce Gusto ? J’ai fait pareil ! 😀
Et vous avez dû acheter la même machine que moi, la très célèbre DeLonghi Magnifica S.

Et là, vous découvrez le casse-tête infernal : toute les choses à connaître pour se faire un café « buvable » (même pas forcément bon, au début) !!!

Cette vidéo m’avait bien aidé :

Et vous apprenez donc que « pour qu’un expresso soit correctement réalisé, il faut que l’eau coule au moins 20 secondes » (au moment de sa réalisation)… ce que vous devez réussir à régler, comme la vidéo ci-dessus l’explique, par une judicieuse combinaison de paramètres :
– Combien d’eau ? (à régler grâce aux boutons sur la face avant)
– Combien de café ? (à régler avec la molette d’intensité de café)
Et surtout :
– A quelle intensité moudre le café ? (à régler avec la molette graduée de 1 à 7, dans le bac où on verse le café)

Car plus votre café sera finement broyé, plus l’eau mettra longtemps à passer au travers : pas assez longtemps, le café est acide (et laxatif !!!)… Trop longtemps, il est beaucoup trop corsé.

Le « hic » de cette formidable machine, très vendue, c’est qu’un grand nombre de machines Delonghi Magnifica n’arrivent pas à moudre suffisamment le café, qui reste donc acide, quoi qu’on y fasse (regardez le nombre de plaintes sous les vidéos) !!

Quentin, qui nous partage sympathiquement son expérience avec cette machine (grand merci à lui, car ce n’est pas avec la notice que l’on s’en sortirait !!) avait même démonté sa machine pour réussir enfin à régler le moulin (le truc qui broie le café)…
C’est décevant et risqué d’être obligé de faire ça sur une machine neuve !

Heureusement, en commentaire d’une vidéo, quelqu’un donnait la solution !!! (J’ai perdu la vidéo, mais si vous retrouvez le lien, dites-le moi en commentaire, je l’ajouterai)
Il suffit tout simplement de resserrer la vis présente en haut du broyeur. Celle-ci :

Pour cela : retirer la grille qui est d’origine dans le bac à café (sur ma photo, elle n’y est plus). Il faut dévisser deux vis cruciformes et ça partira tout seul. D’ailleurs, sauf si vous pensez mettre les doigts dans le broyeur au moment où il tourne, cette grille est plus gênante qu’autre chose (perso, je l’ai rangée). Cela permet de mieux voir le café que l’on met. D’en mettre juste assez pour faire une tasse (si on veut changer de café ou en goûter plusieurs), etc.

Ensuite, vous mettez la molette d’intensité de mouture à « 1 » (ou moins : vous tournez vers la gauche, autant que possible). Souvenez-vous qu’il ne faut jamais tourner cette molette quand la machine est arrêtée ! Donc, tournez la molette pendant que vous lancez un café (même si vous les jetez, car imbuvables).

Puis, à l’arrêt, vous vissez d’un 8ème de tour, avec une clé Torx n°20 : si vous imaginez que, devant vous, c’est « midi », alors il faut tourner jusqu’à 13h30… Là, vous faites 2 cafés (pour être sûr que la machine utilise bien le grain nouvellement moulu), et vous chronométrez votre expresso : il faut que cela prenne au moins 20 secondes (à partir du moment où vous entendez la pompe se mettre en route : regardez comment fait Quentin, dans sa vidéo, ci-dessus).

Normalement, ce sera trop serré et l’eau ne coulera presque plus – ce qui vous permettra de remettre la molette à 1,5-2 (comme on le voit sur ma photo) ou plus.
Quand j’ai réglé ma machine, après avoir tourné 1/8ème de tour, c’était encore trop liquide, donc j’ai dû tourner en tout presque un quart de tour. Mais maintenant, ma machine fonctionne : ouf !!

Quel soulagement (et quel plaisir !) de pouvoir se faire un bon café, avec une machine chèrement achetée (même si c’est une des moins chères, ce n’est pas une raison). C’est inquiétant d’acquérir une machine comme ça, qui ne fonctionne pas d’origine.

Bien sûr, le café choisi joue aussi énormément. Moi, j’avais commencé (malheureusement !) avec un café qui n’était pas bon. Donc, lorsqu’en plus il sortait acide, c’était vraiment terrible.
Depuis, je sais que ma machine fait du bon café (avec d’autres grains !). J’ai ré-essayé le premier que j’avais testé : mais non, il n’a pas bon goût (pour moi)… C’est vrai que ça n’aide pas à régler sa machine quand, en plus, le café, de base, n’est pas bon !! 😉

Voilà, je voulais partager avec vous cette astuce, car la solution n’est pas facile à trouver (faut tomber sur le commentaire, sous une des vidéos)… La plupart des gens renvoient leur machine au service après-vente, ce qui est bien pénible !

En espérant que cela vous aidera,
That’s all, folks! Bon café !! 😛

Tourist Trophy 2022 : c’est fini pour cette année…

Dernier TT pour John McGuinness, qui finit très honorablement à la 9ème place de la célèbre course « Senior », la dernière de la semaine.

L’extraterrestre Peter Hickman remporte son 4ème TT de la semaine et son 9ème en tout !!!

Superbe image de McGuinness #1 (vainqueur de 23 TT !!) suivi de Michael Dunlop (vainqueur maintenant de 21 TT !!) et de Connor Cummins, qui finira 3ème sur ce TT.

Terrible édition 2022 qui aura vu 5 morts… (on n’avait pas vu ça depuis 1989).
Mais formidable édition à bien d’autres égards. Plus qu’à convaincre les organisateurs de diffuser librement la course, plutôt que de la mettre en accès payant (et ils se trouvent des sponsors pour payer), ce sera mieux pour tout le monde 🙂

En tous cas, bravo à tous les pilotes, qu’ils aient gagné ou non, bravo à Glenn Irwin, le newcomer le plus rapide de l’histoire de la course (à suivre dans les prochaines éditions !!) et hommage à ceux qui ont rejoint le Valhalla de la moto.

Tourist Trophy 2022 : départ des courses

Après plusieurs jours d’essais, sur les différentes catégories, c’est aujourd’hui le premier jour de course.

Vous pouvez retrouver le résumé des essais sur cet excellent site : Tourist-Trophy.fr
…qui vous montre aussi des photos exceptionnelles des pilotes en action !

Peter Hickman, l’homme le plus rapide de la planète sur une moto 🙂 Actuel recordman du tour, en catégorie « Senior » (mais « toutes catégories » aussi, du coup) : 217,989km/h de moyenne et même 211,951km/h de moyenne sur les 6 tours de quasi 60km chaque !!! Ici, en Superbike :

Dean Harrison en plein vol !! (Détenteur du record du tour en Superbike : 216,347km/h !!)

Ou encore Michael Dunlop (19 fois vainqueur du TT !!!!) :

Ici en catégorie SuperStock
Et là en Lightweight

Retrouvez d’autres superbes photos et les résultats de courses sur Tourist-Trophy.fr

Il existe une retransmission (mais payante) des courses, via le site officiel, mais beaucoup de passionnés partagent leurs vidéos sur YouTube :

Les catégories de course du Tourist Trophy

  • Superstock : 4 tours. Motos de 1000cm3 de série avec des améliorations limitées pour rendre la catégorie accessible financièrement. Plaque rouge, numéro blanc.
  • Superbike : 6 tours. Motos de 1000cm3, préparées à fond ! Plaque blanche, numéro noir.
  • Supersport : 4 tours. Motos 4 cylindres 600cm3. Plaque blanche, numéro bleu.
  • Lightweight : 4 tours. Motos bicylindres 650cm3 (souvent des ER-6 et YZ-6). Plaque verte, numéro blanc.
  • Zéro : 1 tour… motos électriques (tous n’arrivent pas au stand faute de batterie suffisante 🙂 ). Plaque bleue, numéro blanc.
  • Sidecar : 3 tours. Les célèbres duo pilote-singe, toujours impressionnants (même si moins rapides que les motos).
  • Senior : 6 tours, LA course mythique que tout le monde veut remporter. Choix de la moto libre, mais les pilotes choisissent généralement leur Superbike. Plaque blanche, numéro noir.
Un tour du circuit avec John McGuinness, 23 fois vainqueur du TT et 50 ans cette année !

C’est parti !!! Tourist Trophy 2022

C’est le retour de la course moto la plus phénoménale du monde, le Tourist Trophy, que l’on ne présente plus. Absent depuis 2 ans, à cause de (!*%`£!!$) 😦 bref…

John McGuinness sera de la course, pour la dernière fois. Il fête ses 50 ans, quand même !!

Dans ses oeuvres… (regardez : les roues ne touchent pas le sol !)

Et bien sûr, mon favori : Peter Hickman (c’est pour lui que j’avais une S1000RR 😀 )

Que les dieux de l’Ile de Man protègent ces guerriers de la route, pour une édition la plus « safe » possible !

Tullamore Dew « The Legendary »

Quoi de mieux qu’un bon whiskey pour fêter la St-Patrick ? 😀

Vous savez que l’on parle de « whisky » en Ecosse et de « whiskey » en Irlande. Les whiskey ont souvent une triple distillation, comme le succulent Redbreast.
Le Tullamore Dew que je vous présente aujourd’hui n’y fait pas exception :

J’adore la présentation « en cruchon » (ceramic jug)

A mon goût, il rappelle le Jameson Selected Reserve ou le Redbreast 12 ans, donc le « petit goût spécial » des whiskies irlandais que je connais.

N »étant pas capable de « juger » un whiskey comme les pros, en vous décrivant mille nuances de goûts et parfums : « fruits confits », « viande rôtie », mais aussi « lever du soleil en forêt », « herbe fraîchement coupée », « odeur de la pluie », « hangar à bateaux », « sac à main de femme coquine » ! (oui oui, ça existe dans la palette des « goûts et parfums » du whisky ! 😉 ) …je me contente de vous donner mon impression personnelle : J’aime bien !

Ce Tullamore Dew est léger, il goûte le whiskey, avec une intensité moins forte que le Jameson Selected (qui est très marqué « irlandais », je trouve) et moins distingué que le Redbreast 12 ans… Comme on dit : « il passe bien ». C’est du whiskey de tous les jours ! 😀

Voici l’avis des pros (MDW) :

NOTE DE DÉGUSTATION

  • Nez : beaucoup de caractère, certainement le plus affirmé de la gamme Tullamore Dew. Précis sur le caramel et le sucre caramélisé. Notes d’agrumes, citron, jus de cassis. Il évolue rapidement dans un registre végétal, herbe fraîchement coupée et bois vert, cèdre.
  • Bouche : équilibrée entre les notes boisée et fruitée du nez. A l’instar de la version âgée de 10 ans évoque l’humidité d’un chai.
  • Finale : sur l’orge en cours de maltage et les céréales.

RÉCOMPENSES

  • Médaille de Bronze, International Wine & Spirit Competition 2013
  • 91/100 Excellent, Highly Recommended Ultimate Spirits Challenge 2013
  • Médaille de Bronze, San Francisco World Spirits Competition 2011

Ah, quand même !

De plus, boire cette « eau de vie » permet vraiment de vivre longtemps :
=> Tullamore / tue la mort !
Ok, je sors ! 😉

That’s all, folks!

Joe Bar Team miniature !

J’adore ! 😀

La horde sauvage ! 🙂
Edouard Bracame dans ses oeuvres !
Guido Brasletti tente un dépassement sur Jean Manchzeck !
Notez que la Kawasaki est devant la Suzuki !! 😉
Balade tranquille (« pas plus vite qu’à fond ! ») sur le circuit Fantasy !
La Harley ferme la marche…

Il existe plein d’autres figurines du Joe Bar Team, dont certaines plus petites, mais celles-ci sont vraiment mes préférées !

A fond, même dans leur vitrine !

That’s all, folks! 🙂